Nouvel an   Leave a comment

Une petite histoire pour aborder cette nouvelle année 2012, en ce monde… tout croche, mais…

…en l’observant…

 

les questions … on observe, évalue, essaie et questionne à nouveau…

peut-être que la seule façon de réaligner le monde et l’humanité ça serait ça…:

Alors pour 2012, je souhaite qu’on se réveille tous avec le sourire, et l’âme en paix.

Lucie

Publicités

Publié le 28 décembre 2011 par doclucyfer dans Uncategorized

Introduction…   20 comments

«C’est différent pour chaque personne» tanné(e)s de recevoir cette réponse? Moi oui, mais même tannée de cette réponse, il n’en demeure pas moins que ça fait partie de la réalité de la sclérose en plaques et qu’il faut l’accepter… ça aussi. Bientôt -le 19/12/11-, ça fera un an que j’ai finalement eu le diagnostique et je ne crois pas que les points d’interrogations vont entièrement disparaîtres ni de ma tête ni de ma réalité. Si vous vivez aussi encore les inattendus et imprévus, j’imagine que nombres de questions vous hantent aussi, sauf si vous avez une plus grande sérénité que moi, alors bravo à vous. 

Avec un diagnostique pareil -à votre choix le qualificatif- il y a des centaines de questions qui se renouvellent au gré des jours. Mais cette réponse est pourtant sincère et honnête! C’est vrai que les symptômes, réactions, bienfaits ou dégénérations sont apparentés mais «uniques» à chaque personne. Réjouissons-nous au moins qu’il demeure une certaine unicité en nous même si notre vie traverse un raz de marée.

Alors quoi faire pour trouver des éléments de réponses?

Je suggère de compiler nos propres observations puisqu’on doit s’observer attentivement sans relâche. D’une part pour notre «bien-être» et s’adapter en conséquence, pour répondre aux dix mille questions de tout le monde autour de nous, et d’autre part par les professionnels de la santé pour qui c’est essentiel évidemment, et forcément pour notre «bien-être» relatif.

Je dis bien relatif car, même lorsqu’il y a une certaine stabilité, le corps demeure une boite de Pandore  qui réquisitionne sans compromis sa suprême autorité, on est parfois/souvent proche de la dictature (!). Étant donné qu’on ne peut prendre de break de notre corps de toute évidence, il faut donc métaphoriquement d’abord vivre avec un mauvais coloc détestable et éventuellement avec un chum adorable! Il faut donc d’abord être patient, attentif, ne pas paniquer et dealer une heure, une journée, une semaine à la fois car un rien peut réveiller des réactions totalement disproportionnées et imprévisibles. Alors, Keep calm and carry on! 

Publié le 23 novembre 2011 par doclucyfer dans Uncategorized