Leçons à ne pas négliger   3 comments

En ce tournant d’année, il m’est apparu constructif -pour moi-même au moins, j’ai la tête dure- de noter un court bilan des «leçons» que cette année est supposée m’avoir apprises. Enfin que je devrais avoir apprises, car quelques-unes ont du mal à s’imprimer dans ma tête et j’en ai un peu marre de répéter les mêmes erreurs. Normalement j’apprends rapidement, mais maintenant, il ne s’agit plus d’une question d’être assez tough pour être capable d’en prendre et faire le mieux humainement possible malgré tous les travers. Les conséquences sont pas mal plus importantes qu’elles l’étaient avant, et le mieux possible n’est plus du même gabarit.

Elles paraîtront peut-être grossièrement naïves et ordinaires, mais elles sont malheureusement devenues incontournables.

Première leçon: ne pas paniquer, car ça empire la situation et la douleur, et face à une «crise» quelconque c’est vraiment pas nécessaire. On peut s’attendre à tout et rien, on traversera le pont quand on y sera…

Deuxième leçon: apprendre à vraiment connaître où sont les nouvelles limites (fatigue, chaleur, faim /énergie, endurance, force etc.) et s’arrêter bien avant. c’est-à-dire ne pas s’approcher trop près de cette nouvelle limite qui est intransigeante.

Troisième leçon: ne pas se comparer à ce qu’on était avant, cette ancienne réalité est définitivement morte et enterrée. Une nouvelle réalité s’identifiera éventuellement. Le corps apparaît le même, mais à quelque part, il ne l’est plus tout à fait. Un peu comme s’il s’était transformé d’un enfant tranquille gentil en un petit monstre mal élevé!

Quatrième leçon: apprendre de ses -fâcheuses- expériences = ne pas prendre le risque de répéter une erreur dont les conséquences pourraient être pires. Je le sais pour ne pas n’avoir compris qu’après 2 épisodes que de me cogner les petits orteils ça peut être grave, et pas comme le million de fois ordinaires où ça m’est arrivé avant.

Cinquième leçon: étant donné que l’énergie se brule rapidement, donc le corps se fatigue très vite, que la chaleur amplifie la fatigue, que l’énergie s’enfuie tout comme l’endurance et la force à une vitesse exponentielle, il faut penser à non seulement prendre de bonnes collations et des siestes, mais de s’y prendre bien avant le signal d’alarme panique du système.

Sixième leçon: apprendre à mieux connaître les signaux de son corps, avec observation et attention rigoureuse c’est possible avec le temps. Malgré le raz de marée, le corps comme tout, recherche à se recrée une certaine stabilité, routine, «normalité». Loin d’être plate la prévisibilité devient plutôt rassurante, ce qui dans ce tourment est précieux et rare.

Mi-leçon courante: ne pas prendre à la légère une grippe ou un rhume ordinaire, se reposer pour vrai est exigé sérieusement. Après 2 mois de grippe et un rhume qui s’étire depuis 2 semaines, celle-là je ne la comprends pas vite. Il faut dire que mon précédent système immunitaire était beaucoup plus combatif et efficace.

Publicités

Publié 4 janvier 2012 par doclucyfer dans Uncategorized

3 réponses à “Leçons à ne pas négliger

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Merci doclucyfer, votre site est un cadeau pour moi. Merci :)

  2. Je suis super heureuse l’idée de communiquer est supposé nous inspirer parce que on ne peut qu’y aller une journée à la fois, on acquiert pas toute la sagesse que enavant nous témoigne et nous inspire!

  3. Ton attitude face a ta realite demontre un grand courage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :